Sustainable Land Management (SLM)
Le Secrétaire exécutif de l’UNCCD à Ouagadougou pour parler de la désertification avec le président du Faso
mercredi 15 mai 2013, par Florent Tiassou

Le continent africain pourrait perdre deux tiers de ses terres à l’horizon 2025 suite à la dégradation croissante de ses sols.

Déclaration faite lundi 13 mai 2013 par le Secrétaire exécutif des Nations unies chargé de la lutte contre la désertification en visite au Burkina Faso. Accompagné par Salifou Ouédraogo, ministre burkinabè de l’Environnement et du Développement durable, Luc Gnacadja a animé un point de presse à Ouagadougou après avoir été recu par le président du Faso, Blaise Compaoré. Une rencontre qui a porté sur lutte contre la sécheresse et la désertification. Il est donc ressorti qu’avec 60% des terres cultivables non exploitées, l’Afrique vit sous la menace d’une dégradation croissante de ces terres d’ici à l’Horizon 2025. Aux dires de Luc Gnacadja, le continent africain pourrait perdre deux tiers de ses terres à l’horizon 2025. Ce qui accentuerait les migrations et l’instabilité des crises.

Ecoutez ou téléchargez ci-dessous, les propos de Luc Gnacadja (Sec. Exéc. de l’UNCCD)